WHERE THE WILD THINGS ARE de Spike Jonze (2009)

Proposé par Jeanba, rédigé par Phil.

« Happiness isn’t always the best way to be happy. »

Judith dans Where the Wild Things Are.

where-the-wild-things-are-projet-skynet

Max est un vrai sauvage ! Déguisé en loup, courant, sautant et hurlant telle une bête féroce, il pourchasse son chien dans sa maison comme un forcené ! C’est ainsi que nous est présenté Max, 8 ans, un petit garçon mignon, créatif, joueur mais aussi une vraie teigne ! En suivant ce petit personnage, on se retrouve embarqué dans un incroyable voyage aux confins de son imagination fertile. Pour fuir une réalité qui lui échappe complètement, Max s’enfuit vers un univers grandiose, une île – faite de plages, de forêts et de déserts – qui semble ne pas avoir de limite, où le jour et la nuit se succèdent selon l’humeur de chacun. Un refuge imaginaire. Sur l’île, il va faire la connaissance des Wild Things, une étrange communauté de sept monstres gigantesques, sauvages et complètement délirants. Entre besoin d’évasion et introspection, wtwtamaxle séjour de Max aux côtés des “choses sauvages” – ses semblables en quelque sorte – apportera son lot de joies et de désillusions, de fous rires et de larmes.

Il aura fallu attendre plus de quarante ans pour voir Spike Jonze, réalisateur de l’excellent Being John Malkovitch (1999), se lancer dans ce périlleux exercice qu’est l’adaptation pour le grand écran d’une œuvre littéraire. Tout en respectant l’univers du livre de Maurice Sendak (qui fait d’ailleurs partie des producteurs du film aux côtés de Tom Hanks), Spike Jonze a pris le parti de faire évoluer ce récit pour les enfants en un conte moderne et décalé, à la fois drôle et émouvant. Armé de ses idées “gondriesques” ainsi que de son humour fin et enfantin, Jonze nous narre ici une histoire particulièrement complexe… et pourtant si simple.

wtwtahugUn sentiment antinomique que l’on retrouve un peu partout dans le film. On l’éprouve tout d’abord à l’égard de Max, cet enfant aussi bien adorable et génial qu’il peut être incontrôlable et méchant. Même sentiment pour les Wild Things. Ces créatures sont effrayantes et énormes, elles ont de longues griffes, des cornes et des dents acérées… Il sera néanmoins impossible de résister à l’envie de leur faire un énorme câlin comme à de gros nounours !

Spike Jonze apparaît donc en G.O. sensible et complètement allumé de cette croisière imaginaire. Il s’appuie avec justesse sur les agréables et poignantes contradictions de l’enfance et donne une superbe leçon de vie sur les thèmes de la famille, de l’amitié et de l’amour. Car, finalement, comme le dit si bien Karen O (chanteuse des Yeah Yeah Yeahs et compagne de Spike Jonze au moment du tournage) : “All is love” !

Bande-annonce

Plus d’infos sur Where the Wild Things Are ICI.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , ,

2 thoughts on “WHERE THE WILD THINGS ARE de Spike Jonze (2009)

  1. Andy dit :

    Grandir … ça ne veut pas dire grand chose quand on a 8 ans.
    Car au fond qu’est ce qu’on veut à 8 ans … des copains.
    C’est bien là le problème. Max n’a aucun copain. Enfant sauvage cher à Truffaut, Max est confronté au divorce de ses parents, à ses peurs et à sa perception d’un environement qu’il ne comprend pas et sur lequel il n’a pas de prise. Il s’invente alors un monde peuplé d’amis imaginaires sur lesquels il règne en monarque. Quand Calvin & Hobbes nous font rire , Max nous fait peur….et de ce chaos va naitre un équilibre fait de jeux et de responsabilités. Comme si Peter Pan n’avait plus peur de grandir
    Spike Jonze chuchotte à l’oreille de l’enfant que nous sommes toujours, des raisons de ne plus avoir peur des monstres qui se cachent sous notre lit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *