THE TEXAS CHAINSAW MASSACRE de Tobe Hooper (1974)

Plébiscité par vous, rédigé par Jeanba

« My family’s always been in meat. »

Un auto-stoppeur, The Texas Chainsaw Massacre.

the-texas-chainsaw-massacre-projet-skynet

 

 

 



BluRayRedShortsHaaaaa le Tegzass. Ici au Projet Skynet on aime bien ça, le Tegzass. Déjà, parce qu’on peut prononcer son nom comme un cowboy et qu’en plus on a toujours rêvé de porter les éperons à la Terence Hill. Mais cette belle région désertique est aussi dans sa version plus contemporaine un chouette nid à rednecks et autres bas-du-front avec qui il serait sympa de ne pas sympathiser.

Cependant, quand on est une bande de jeunes qui s’éclatent, pourquoi ne pas aller y faire un tour en vacances. Ça semble être tellement fun ! Manque de bol (c’est étonnant), il semblerait que dans la région, une bande de malades s’amuse à déterrer les morts et à chiper au hasard un pied, une main, un tronc avec ou sans la tête, parfois même un corps entier. J’ai comme l’impression qu’il y des fans de LEGO dans le coin…

The-Texas-Chainsaw-Massacre-75Un van, 5 potes, wouhou on est devant Scoubidou !!! C’est tipar pour les cans’va !!! Malheureusement, on s’est loupé sur le plein d’essence et on n’est pas loin de tomber en rade… Oh non ! Et les vacances alors ?? Pas d’inquiétude, on a un peu de chance puisque la maison de famille de la blonde et de son frère à roulettes est juste à côté. Ouiiiii !!! c’est parti pour les partyyyz !!!…. Mais en fait non, la maison est inhabitée depuis un bail et, sans électricité, on voit mal comment brancher la sono. Du coup, mollo sur le destroy.

Allez, on ne va pas se laisser abattre, il suffit de demander aux voisins. Vu la bonhomie des gars du bled (notamment les auto-stoppeurs), il va sans dire qu’ils seront ravis de vous filer un coup de main, avec ou sans élan. Personnellement, en sachant qu’on se trouve aux Etats Unis de l’Amérique, plus particulièrement au Tegzass, et connaissant leur sens aigue de la propriété privée, je n’aurais jamais osé rentrer dans une baraque sans l’accord du proprio. Mais après tout, quand on est un hippie jeune et cool, je ne vois pas ce qui nous retiendrait.

tumblr_ly1ws8hhio1r1layfo1_1280Et là BOUM ! Spoiler !! Une demi-seconde d’apparition et Leatherface fout son premier coup de maillet dans la tronche du petit blond ! Je vends un peu l’intrigue mais c’est parce que c’est une des rares scènes que j’ai pu apprécier. Celle-ci et celle ou l’hystérique se prend une branche plein front en essayant de s’enfuir dans les bois : meilleur gag du monde ! Mais continuons sur notre fil chronologique. Après sa première mort violente, Texas Chainsaw Massacre pose la base de tous les teen/horror/slasher movies qui lui succèderont : le besoin viscéral de se séparer du groupe dès que le danger se fait sentir. Un peu d’intimité face à la mort, voilà ce que demande la jeunesse.

Chacun des joyeux hippies peut maintenant aller se balader seul et de nuit pour une dernière échappée en solitaire. Leatherface aura à cœur de pulvériser chacun d’entre eux d’une manière différente, et ainsi de venger les spectateurs que nous sommes du jeu des acteurs. Digne des meilleurs démonstrateurs de chez Casto, le grand bonhomme au physique exotique jouera aussi bien du crochet que du maillet, en ayant une petite préférence pour la tronçonneuse qu’il réservera à sa blonde favorite.

800-texas-chainsaw-massacre-blu-ray011212Il faut bien avouer qu’avant la rencontre entre la belle et la bête (ou bien est-ce l’inverse ?), on est un peu en attente de voir quelque chose se passer. Un homme qui porte un visage en peau humaine avec une tronçonneuse à la main face à une jolie blonde qui vient de voir son frère (insupportable gamin sur roulettes) sauvagement assassiné, ça commence à sentir bon comme chez mon boucher “meilleur ouvrier de France”. Et forcément, se retrouver face à une star, la voilà partie pour un quart d’heure de film à hurler aussi fort qu’elle est con.

The_Texas_Chainsaw_Massacre_031Malgré une scène hallucinante et hallucinée de repas de famille au pays des fêlés, où on prend enfin son pied à plonger dans l’horreur et le malsain, il est difficile de rester focalisé sur l’histoire. Le suspense est maltraité par les acteurs et on finit par se concentrer sur les quelques audaces de réalisation pour éviter de demander à Leatherface de nous achever aussi.

Film peut-être découvert trop tard, blase de gaillard habitué au gore visible et flamboyant, Texas Chainsaw Massacre n’arrivera même pas à m’arracher un seul sursaut ni une seule goutte de sueur. Et pour tout avouer, j’ai même ri à haute voix ! Vraiment, les courses-poursuite valent le coup d’œil…

Même si je reconnais le caractère précurseur de l’œuvre, il est difficile de ne pas voir la montagne de défauts d’un film cent fois surpassé par la suite. Et de toute façon, une bande de potes dans un van qui se frotte à un méchant masqué n’a aucun intérêt sans un grand chien qui parle…

bande-annonce

bande-annonce

La fiche complète du film.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , ,

One thought on “THE TEXAS CHAINSAW MASSACRE de Tobe Hooper (1974)

  1. Vu trop tard, peut-être en effet. Dommage car ce film est vraiment, vraiment, un très grand film. Si tu as ri, c’est bien normal, car il cultive volontiers son goût pour le grotesque. Si on le compare aux productions lubrifiées d’aujourd’hui, qui s’amusent à verser des seaux d’hémoglobine pour repeindre leur navet en rouge (ce remake de « Evil dead », je m’en remets pas tellement c’était nul), c’est sûr qu’il paraît un peu pâlot, un peu passé sous le soleil. Mais bon voilà, c’est comme les zombies de « la nuit des morts vivants » qui se traînent à deux à l’heure alors que Brad Pitt aujourd’hui se fait courser par des centaines d’Usain Bolt en furie, ou ceux qui me disent « ah c’est ça « Citizen Kane » ? mais c’est même pas en couleur ! » ou « 2001 » on voit trop que c’est des maquettes. Texas Chainsaw Massacre : No country for Young men

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *