STAR WARS VII : THE FORCE AWAKENS de J.J. Abrams (2015)

Rédigé à chaud par Phil.

“It’s true. All of it.”
Han Solo dans Star Wars VII : Le Réveil de la Force.

star-wars-7-projet-skynet

 

 

 

 


Je déteste les fans.

Non, sérieux, y’a rien de plus con qu’un fan, vous ne trouvez pas ? Un fan, ça crie, ça pleure, ça fait des pancartes avec des cœurs, ça se déguise n’importe comment et ça tombe dans les pommes. N’importe quoi, le fan… Et tout ça pour quoi ? Ben c’est simple, pour que dalle. Pire que cela, le fan est capable de réaliser des choses impensables pour le commun des mortels comme, par exemple, faire la queue sous la pluie pendant des heures pour être le premier à voir ou avoir le truc dont il est fan. Il peut entamer des grèves de la faim, s’enfermer dans les toilettes avec des figurines encore dans leur emballage ou même, parfois, se battre avec d’autres fans. N’importe quoi, le fan… Je ne sais pas vraiment s’il est prêt à mourir pour son “objet de culte”, mais je suis persuadé, vu à quel point le fan peut se montrer débile, que cela a déjà dû arriver.

The-Force-Awakens-08112015

Pour couronner le tout, le fan est incapable de toute discussion construite sur un sujet touchant, de près ou de loin, au truc dont il est fan. Il est fan, et puis c’est tout. Alors ferme-la ! Impossible de lui faire changer d’avis, c’est comme ça. Quand on y réfléchit en prenant un peu de recul sur l’actualité de ces derniers mois, ça fait pas mal flipper de voir le nombre de fans dans le monde…star_wars_force_awakens_4_h_2014
Ces fans-là, ce sont les “fanatiques inconditionnels”. Ca marche dans plein de domaines et c’est très dangereux. Faut se méfier, les mecs…

Moi, en revanche, je suis un “fan modéré” de Star Wars. Et ce matin, dans ma salle de cinéma de quartier, il n’y avait que des gens comme moi. Pas trop de monde, pas trop d’attente dans la queue, que des gens calmes, courtois et polis, affichant sourires et regards entendus de fans modérés de Star Wars. Pas de connard déguisé en Wookie à l’horizon, ni d’Obiwan de pacotille brandissant son sabre laser Fisher Price© à tout va et déjà dans les starting-blocks à l’idée de hurler tout ce qu’il pourra dès qu’il verra la face ridée d’Harrison Ford sur l’écran.
Tout dans la modération, les mecs. Alors qu’on est en droit de se demander ce que le “fanatique11875118_1007880092596925_2204135516599208531_o inconditionnel” de Star Wars pourrait bien attendre d’un nouveau film puisque, par définition, il semble disposé à excuser et à diviniser à l’avance à peu près tout, la question aujourd’hui sera de savoir ce que le “fan modéré”, comme l’est votre humble serviteur, est en mesure d’espérer de ce septième volet. Et bien sûr, si ses souhaits seront exaucés.

Voilà donc la fin de mon bla-bla introductif (même si je fais ce que je veux) et le moment de vous dire que oui, JE ME SUIS CARREMENT REGALE avec Le Réveil de la Force ! Wouhouuuuu !

star_wars_tfa_02Les petites lettres bleues, les cuivres tonitruants de John Williams amenant le titre et déroulant le petit texte jaune… Ben voilà, on y est. Et puis BIM ! Le ton du film est donné dès la scène d’ouverture, sans détour, sans aucun doute possible : Le Réveil de la Force annonce un véritable retour aux sources de la trilogie originelle. Les vaisseaux du Premier Ordre (c’est le nouveau nom de l’Empire Galactique), un Résistant (c’est le nouveau nom des Rebelles), des stormtroopers, un X-Wing, une grosse fusillade laser, un BB-8 (c’est le nouveau nom du R2) à qui on confie un message de la plus haute importance, un méchant masqué et sans pitié à la voix robotique… En quinze minutes, J.J. Abrams redonne direct “un nouvel espoir” à tous les fans de la première trilogie qui, quinze ans après, étaient encore en train de se demander ce que Jar Jar Binks venait foutre là et pourquoi les trois derniers films ressemblaient à de mauvais Pixar sous LSD. Et encore, je suis sympa…

11883870_1007879819263619_2953793417557578755_o

Car J.J. Abrams, fan parmi les fans (mais modérés les fans), a saisi ce que ces derniers attendaient d’un nouveau Star Wars. Il est d’ailleurs évident qu’il ne s’adresse qu’à eux. En plus d’avoir la possibilité d’oublier une bonne fois pour toutes ce qui s’est fait entre 1999 et 2005, ils veulent éprouver devant le film la même chose que Han et Chewie lorsque ces derniers remettent les pieds à bord du Falcon Millenium après de longues années :11895123_1007878895930378_4624932683842585912_o se sentir “à la maison”. Ce n’est donc pas une volonté de renouveler ni encore moins de révolutionner la saga qui l’anime, mais bien celle de la remettre sur les rails de son efficacité d’antan pour la faire partir vers de nouveaux horizons. Et en cela, Le Réveil de la Force est une totale réussite. En tout cas, je crois que c’est exactement ce que j’attendais, même si j’aurais été incapable de le dire avant d’avoir vu le film. A grands renforts de clins d’œil jamais lourdauds et de résurrection de vieilles connaissances, bercé par l’increvable John Williams, je me suis totalement laissé submerger par une agréable pointe d’émotion nostalgique et par le souvenir de mes premiers émois d’enfant en voyant les prémices de cette nouvelle trilogie naître dans les ruines et les cendres de son illustre ancêtre.

star-wars-force-awakens-script-lawrence-kasdan

Le recyclage de la première trilogie de George Lucas rassure tout d’abord avec un retour plus que bienvenu à une certaine sobriété des effets spéciaux. Très réussis, à couper le souffle même, ils nous offrent plusieurs batailles aériennes magnifiques (même vues du sol) et, surtout, garanties sans risque de crise d’épilepsie, ce qui est une avancée considérable par rapport aux précédents films.millenniumfalcon Parce qu’il serait ensuite compliqué, au niveau des assurances, de réaliser une telle trilogie avec des acteurs septuagénaires, et bien qu’à 73 ans Harrison semble vraiment s’éclater à reprendre son rôle de vieux contrebandier de l’espace, Le Réveil de la Force se devait également de faire émerger de nouveaux personnages. Plus jeunes, plus dynamiques, plus torturés dans leur petite tête et plutôt fun dans l’ensemble, Rey, la chercheuse d’épaves dans le désert, Finn le black stormtrooper mutin, et Kylo Ren, le Dark Vador en herbe, assurent la relève haut la main et promettent d’intéressantes évolutions de leur personnage dans les films à venir. Daisy Ridley, John Boyega et Adam Driver représentent le trio de tête de cette nouvelle génération d’acteurs-héros, trépignant déjà d’impatience à l’idée d’aller découvrir eux aussi tous les secrets de la Force pour mieux se lancer Screen_Shot_2015-04-16_at_1.38.59_PM.0dans leur quête de soi et affronter leur complexe d’Œdipe dans cette galaxie lointaine, très lointaine…

Même si le scénario ne propose rien de vraiment original et que le passage “grosse bébête” (auquel on a droit dans chaque épisode) n’était ici pas du tout indispensable, force est de constater que j’ai pris un pied terrible devant Star Wars VII : Le Réveil de la Force. Grâce à son héritage assumé, son rythme ultra-soutenu, son ambiance plutôt dark, sa fin épique, ainsi qu’à ses touches d’humour et d’auto-dérision, il m’a permis d’en prendre plein la gueule avec un spectacle de très bonne facture,Star Wars: The Force AwakensPh: Film Frame©Lucasfilm 2015 de me marrer un bon coup et même de me retrouver un peu ému à plusieurs reprises.

A l’instar de George Miller et de son Fury Road (2015), J.J. Abrams est parvenu à capter l’essence même de la première trilogie Star Wars pour poser des bases solides et amorcer une nouvelle épopée galactique pleine de promesses. Un film que tout amoureux de la saga se doit d’aller voir… mais sans déguisement débile.

Allez, salut !

Bande-annonce

Bande-annonce

La fiche complète du film.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

5 thoughts on “STAR WARS VII : THE FORCE AWAKENS de J.J. Abrams (2015)

  1. Elehys dit :

    Superbe chronique!

  2. princecranoir dit :

    « Rédigé à chaud », m’étonne pas vu les températures de cet hiver ! Et pour en revenir avec la sympathique baffouille rigolote qui suit, je suis à 100 % d’accord : il pète la Force ce Réveil-là ! et c’est un autre fan modéré qui vous cause.

    • Phil dit :

      Content d’apprendre qu’un fan modéré tel que toi se range à mes côtés ! 2015 aura marqué le retour fracassant des icônes des eighties : le « réveil furieux » des blockbusters 😉 Dommage qu’ils n’aient pas attendu cette année historique pour refaire Indiana Jones… Manquerait plus que lui !
      En attendant, j’en profite pour te souhaiter plein de bonnes choses et une excellente année 2016, Prince !

  3. princecranoir dit :

    Merci, et une furieuse année à toi aussi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *