NO COUNTRY FOR OLD MEN de Joel & Ethan Coen (2007)

Proposé par Jeanba, rédigé par Phil.

“The crime you see now, it’s hard to even take its measure.”

Sheriff Ed Tom Bell, No Country For Old Men.

 no-country-for-old-men-projet-skynet

 

 

 



Le problème avec le temps, c’est qu’il passe. Souvent trop vite d’ailleurs. C’est pour ça qu’il faut faire un minimum attention à ne pas se laisser bouffer parce que le temps, lui, il s’en fout complètement. Il avance. C’est pour tout le monde pareil et c’est partout pareil.

Prenons le cas du Projet Skynet par exemple. Cet été avec l’ami Jeanba, on s’est autorisé un petit mois de vacances tranquilles pépères comme l’an dernier. Sauf que sans qu’on s’en aperçoive, BIM ! Ce n’est pas pendant un, mais bien pendant deux bons gros mois bien longs qu’on n’a strictement rien foutu ! Et pourtant on était carrément sur nos gardes, vigilants et tout. Mais on a rien vu venir. Aujourd’hui encore, on se demande ce qui a bien pu se passer…

Roger-Deakins-No-Country-For-Old-MenEh bien en l’an de grâce 1980, dans cet Etat rempli de cowboys et de bouseux aux prénoms improbables que l’on nomme le Tegzass, existait un sheriff qui lui non plus n’avait rien vu venir. Aujourd’hui encore, s’il est toujours en ce bas monde, lui aussi doit certainement se demander ce qui a bien pu se passer…no-country-for-old-men-2

A cette époque, Ed Tom (c’est son nom) fait partie de ce que l’on appelle “la vieille école”. Visage buriné, regard lointain, humour cynique, flair de clébard… C’est le genre de mec qui connaît comme sa poche chaque parcelle, chaque clôture et chaque coyote de ce magnifique coin paumé. Impossible de la lui faire à l’envers. Pur produit du Far West à l’ancienne, ce cinquantenaire est issu d’une longue lignée d’hommes de loi pour qui le port du flingue et de l’étoile dorée fait partie de la panoplie familiale. Ed Tom est un homme foncièrement bon, un homme juste. Un vrai gentil sheriff de western.

Comme la plupart de ses copains texans à l’accent si particulier, il a été bercé depuis sa plus tendre enfance par les récits des old timers et pensait jusqu’alors que le métier de sheriff se résumait à empêcher les bastons de saloons et,No country screen2 de temps à autre, à mettre un ou deux hors-la-loi édentés et imbibés de whisky derrière les barreaux. Rien de bien méchant en soi pour un type étant marshal jusque dans le génome. Sauf qu’en 1980, le vol de bétail et les attaques de diligences c’est terminé. Les six coups poussiéreux ont cédé la place à des armes automatiques dernier cri et les flics du coin doivent désormais faire face à un nouveau mal qui se met à ronger tout ce qui bouge le long de la frontière mexicaine : le trafic de drogue. Voilà qui change pas mal les choses pour le sympathique sheriff…

nocountry_002

Ben ouais parce que là Ed Tom, plus ça va et moins il comprend ce qui se passe ! Bon, il est pas débile non plus, hein. Il “comprend”. En revanche, il devient malgré lui le spectateur toujours en retard d’une folie meurtrière qu’il ne connaissait pas, engendrée par un monde ayant changé trop vite pour lui. En gros, il prend un sacré coup de vieux, le Ed Tom. no-country-for-old-men-no-country-for-old-men-23-01-2008-21-11-2007-11-gUn peu comme quand j’avais voulu expliquer à ma grand-mère comment ouvrir une fenêtre sur l’ordinateur et qu’elle s’était levée pour… Je veux plus en parler. De toute façon, vous avez compris. Bref, tout ça pour dire que se sentir complètement dépassé par ceux qu’on pourchasse, pour un flic c’est pas le top du top.

En même temps, vu le bestiau qu’il traque, c’est peut-être pas plus mal que notre ami étoilé soit toujours en retard. La folie pure et la mort certaine incarnées par une seule et même personne, ressemblant à s’y méprendre à Javier Bardem avec la coupe de Mireille Mathieu. Un dangereux tueur à gages psychopathe, adepte du “pile ou face” et animé d’absurdes principes de destruction totale et d’annihilation de toute vie se mettant en travers de son chemin. brolin083111Un pitbull enragé et incroyablement têtu, muni d’un arsenal improbable et lancé à la poursuite d’un gentil cowboy dont le seul tort a été d’être là au mauvais moment pour prendre la mauvaise décision que nous aurions tous prise. Le genre de décision qui fait que tu te retrouves avec des pitbulls au cul…

Le gentil “truand” fait une connerie, la “brute” le poursuit et le “bon” vieillissant tente de faire le bien dans un monde où le mal semble jour après jour prendre un peu plus le dessus. C’est ainsi que le triangle narratif se crée. Et il se met en route. Sous le soleil aride du désert texan, il prend la forme d’un engrenage mortel laissant dans le sillon de sa course infernale un tas de serrures défoncées et de cadavres criblés de balles (ou pas). Reste à savoir jusqu’où ça va nous mener…

Javier_Bardem_in_No_Country_for_Old_Men_Wallpaper_1_1280

Road movie, chasse à l’homme, film policier, western, No Country for Old Men c’est tout ça à la fois. Mais en adaptant avec beaucoup de justesse ce monument littéraire de Cormac McCarthy (je sais ce que je dis je l’ai lu, alors ferme-la), les frères Coen parviennent surtout à peindre une fresque à la fois brutale, sanglante et drôle sur le poids terrible du temps qui passe. Les véritables gueules que sont les personnages, la violence froide et les grands espaces donnent clairement des airs de Fargo (1996) à ce film qui sonne finalement comme le retour aux sources des deux frangins après la petite “traversée du désert”. L’Académie des Oscars ne s’y est d’ailleurs pas trompée. Film Title: No Country for Old MenComme quoi, vieillir c’est parfois pas si moche que ça…

Faut dire que dans un monde qui change à toute vitesse, on en vient vite à tomber dans le piège de regretter l’époque bénie des années passées. C’est d’ailleurs peut-être à ce moment-là qu’on se sent vraiment vieillir. Sa lutte désespérée contre le mal, Ed Tom sait pertinemment qu’il est en train de la perdre. Elle revient en quelque sorte à tenter de vaincre le temps et ça, on sait tous que ça ne sert pas à grand-chose. Son énergie et sa volonté s’amenuisent. Il fatigue. Il se lasse. Il se désintéresse.

Finalement, le monde n’a pas tant changé que ça, c’est lui qui a changé. Le moment est peut-être venu de passer le flambeau à la relève. Mais bon, ça fait chier quand même ! Si un jour on lui avait dit que lui aussi il serait “trop vieux pour ces conneries”, il ne l’aurait pas cru. Ben voilà, il a vieilli, le gringo. Mais c’est pas si grave…

En attendant, il va se la couler douce avant d’aller rejoindre ses ancêtres étoilés avec qui il échangera des histoires d’old timer au coin du feu.

En attendant, il va profiter encore un peu de ce pays. Ce pays qui n’est plus pour lui. Ce pays qu’il aime tant.

Bande-annonce

Pour en savoir plus sur No Country For Old Men, c’est par ICI.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , , , ,

2 thoughts on “NO COUNTRY FOR OLD MEN de Joel & Ethan Coen (2007)

  1. Bien longtemps que je n’ai plus mis les pieds dans ces sables-là. Heureusement, le Projet Skynet m’invite à quitter le porche de mon hacienda pour repartir slalomer entre les cactus dans le soleil couchant. Me plait bien cette idée ; un plan simple. M’en vient une autre en lisant ces lignes trempées dans du jus de crotale : il y aurait un voisinage certain entre ce pays pas fait pour y faire de vieux os et le ruban d’asphalte de « Rubber », le pneumatique killer inventé par l’esprit cramé de Quentin Dupieux. Le shérif est remplacé par un groupe de curieux qui matent le film à la jumelle, tandis que le pneu élimine ses proies à grand coup de chambre à air comme ce diable de Bardem. Wha’ d’ya think ’bout that ?

    • Phil dit :

      Je n’avais pas encore vu Rubber, j’attendais donc que ce soit chose faite pour te répondre.

      Vrai qu’il est difficile de ne pas faire la comparaison entre ces deux pays, même si le film est un peu trop « cramé », comme tu dis, à mon goût. En tout cas, le parallèle est drôlement intéressant, fallait y penser… Bien vu ! Mais je sais que pour ce genre de chose, on peut toujours compter sur toi, Prince ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *