LA HAINE de Mathieu Kassovitz (1995)

Proposé par Jeanba, rédigé par Phil.

“… et chaque fois son pantalon il tombe quand je lui tends la main.”
Le petit vieux chelou dans les toilettes, La Haine.

la-haine-projet-skynet

 

 

 

 

 

Ricochant sur les barres de béton, les notes des Wailers et la voix de Bob, écho faussement paisible aux événements survenus la veille, résonnent encore.

Ce matin, Saïd constate les dégâts d’une soirée passée sur le thème de Burnin’ and lootin’. Brûler et piller : c’est exactement ce qu’ont fait cette nuit un bon paquet de “jeunes” dans la cité des Muguets.

la-haine-paris3

Une bavure policière, un gars de la tour d’à-côté qui se retrouve dans le coma. Les esprits partent en couille ! Et tout le reste aussi… Les mecs du quartier ne connaissent que trop bien la chanson. A croire qu’ils n’attendaient que ça. De la TNT urbaine en stand by, mon pote. Manque plus qu’un détonateur… et BIM !! La nuit fut courte, les esprits sont chauds et cette nouvelle journée qui commence, elle va être bien longue. la-haine-saidComme le dit Saïd, “c’est la fêêêête…”

Saïd, il n’a pas participé à la “fête”. C’est pas qu’il a pas la haine comme les autres, hein. Loin de là. A grandir dans la face cachée de la France comme tous les mecs des Muguets, on se demande bien qui ne l’aurait pas. Mais sa haine, il a appris à s’en servir. Un malin, ce Saïd. Un taquin, un débrouillard. Peut-être même un peu pétochard aussi. Mais ça, c’est pas bien grave. En tout cas, il sait bien que tout ce bordel, les émeutes tout ça, ça sert à rien. Tout ce qui compte c’est de réussir à tirer son épingle du jeu. Même s’il “baise la police” avec son poska, en scred’ au milieu des robocops républicains, il a choisi son camp. Et ce camp, ce sera le sien. C’est pas facile tous les jours, hein. Surtout pour un petit reubeu délinquant. Mais il s’en sort pas trop mal. Il sait qu’il ne court pas plus vite que les balles. Il a donc décidé d’apprendre à les éviter. Ce qui, en soi, n’est pas con. Surtout qu’à cette période et dans ces quartiers-là, les balles ont une fâcheuse tendance à partir toutes seules. 03.la.haine.r2ukAllez savoir pourquoi…

Vinz, c’est pas le même style. Lui, sa haine, il sait pas du tout quoi en foutre. Faut dire qu’il est un peu teubé aussi… Comme beaucoup des mecs du coin, c’est un gosse qui a grandi beaucoup trop vite. Et mal. Vinz, c’est le genre de gamin qui aime pas l’école et qui préfère se curer le nez et les oreilles en ayant le regard dans le vide et l’air abruti. Tu vois le genre ? Après il est cool, hein. Il peut être sympa et tout, drôle même. Ils délirent bien avec Saïd, depuis toujours. Mais à force de tourner en rond, de s’ennuyer et de ne pas trouver sa place – et quand on part pas avec les bonnes cartes, c’est pas forcément simple – ben au bout d’un moment il sait plus quoi faire. Et du coup, il devient influençable. C’est un suiveur, Vinz. Il voudrait devenir un gros badass comme dans Scarface (1983) ou Taxi Driver (1976), sauf qu’il en aura jamais les épaules. Alors il ne lui reste plus qu’à suivre le troupeau et à foutre la merde comme les autres, à butiner de connerie en connerie sans réfléchir, à déverser toute sa haine sur les flics. Connards de kondés ! S’il pouvait s’en fumer un, il hésiterait pas une seconde ! Hier soir, il en était et il en est fier. Rien à branler que la salle de boxe de son pote Hubert ait cramé ! Guérilla urbaine, ma gueule !! C’est ça qui est bon ! Dommage qu’il soit pas passé à la télé, putain…

La Heine 1995.m4v_000602603

Hubert en revanche, il en a pas rien à branler de la salle de boxe. Ca le fait même carrément chier en fait. Il a la haine de voir que rien ne change. C’est toujours la même merde.haine2 Ca sert à rien d’essayer d’arranger les choses, “c’est plus sur des sacs qu’ils ont envie de cogner”. D’autant plus que ce con de Vinz était dans le coup ! Voir son vieux pote emprunter la même pente glissante sur laquelle tant de ses proches se sont déjà pété la gueule, ça lui fout grave les boules ! Lui-même n’est pas passé bien loin de la case zonzon y’a pas si longtemps. La boxe lui a appris de justesse à devenir une force tranquille et à sortir de la spirale infernale, à voir les choses différemment, à canaliser sa haine. Mais après ce qui s’est passé hier soir, c’est à se demander s’il y a encore de l’espoir. Espoir de quoi, d’abord ? Y’en a marre ! Hubert a envie de se barrer loin de tout ça, loin de cette vie qui est en train de le bouffer. Le problème c’est qu’on ne quitte pas le ghetto comme ça. Et puis quoi ? Il abandonnerait sa famille ? Ses amis d’enfance ? Pas le style de la maison. Et puis surtout, c’est pas le moment de lâcher Vinz. Il est à deux doigts de la connerie de trop mais y’a encore moyen de le sauver.61qURkxKV0L._SL1024_ C’est maintenant ou jamais qu’il faut lui tendre la main…

Voilà, ça commence comme ça. Trois potes. Trois mecs dont tout le monde se fout complètement. Trois petits lascars de banlieue en survêt’ qui ont chacun la haine à leur façon et qui passent une autre journée presque comme les autres en se balançant des vannes. Trois gouttes d’eau dans un océan de ciment. Trois fois rien pour raconter, en vingt-quatre heures, l’histoire d’une France oubliée, une France “black-blanc-beur” qui crève juste d’envie d’exister.

Immersif, instructif, artistique, énergique, générationnel, acerbe, virtuose, efficace, technique. Culte, quoi ! Un gros coup de poing dans ta gueule qui met encore K.O. aujourd’hui car, presque 20 ans plus tard, rien n’a changé.

tumblr_m6o650Qzv41qgqtcoo1_1280

“C’est l’histoire d’un juif, d’un black et d’un arabe…” C’est quoi ça ? Le début d’une mauvaise blague ??

Ben ouais, c’est un peu ça…

19061_4bc90772017a3c57fe002718_1293119255

Bande-annonce

Pour en savoir plus sur La Haine, voici la fiche complète du film.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *