GODZILLA de Gareth Edwards (2014)

Rédigé par Phil.

“You have no idea what’s coming ! ”

Joe Brody, Godzilla.

godzilla-projet-skynet (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la base, Godzilla, je m’en fous complètement. Et ouais, c’est comme ça. Je fais ce que je veux.

Je n’ai jamais vu de films (Quoi ? Des films “cultes” ?? Ouais ok, si vous le dites) de kaijus japonais et les seuls souvenirs que j’ai de gros monstres en train de foutre le bordel dans une grande ville en carton remontent à King Kong (1933), à King Kong (2005), au clip des Beastie Boys pour le morceau Intergalactic (1998) et, plus récemment, à Cloverfield (2008) et à Pacific Rim (2013). Et à Bioman, bien sûr. Y en a certainement d’autres mais j’ai des problèmes de mémoire alors laissez-moi tranquille !

godzilla-2014-movie-screenshot-old-monster

Quant au Godzilla (1998) de Roland Emmerich, si je me concentre très fort en fermant les yeux très fort, voilà les cinq trucs dont je me souviens :

1. Jean Réno.

2. C’était plutôt bof comme film, voire nul.

3. Un scientifique qui s’amuse à collectionner des vers de terre de Tchernobyl.

4. Encore Jean Réno.bryan-cranston-wants-you-to-know-hes-not-crazy-in-new-godzilla-trailer

5. Puff Daddy qui viole un des meilleurs groupes de rock dans l’indifférence générale… et avec l’aval de Jimmy Page en plus ! Monde de merde…

Et tu sais quoi ? Je n’ai même pas vu le film précédent de Gareth Edwards, Monsters (2010). Mais je vais le faire, promis ! Il paraît que c’est pas mal…

Enfin bref. Là où je veux en venir c’est que je suis allé voir le tant attendu Godzilla version 2014 avec un regard complètement “neuf”, sans attente particulière. Et avoir un regard “neuf”, moi je trouve ça chouette. Parce qu’au final, qu’est-ce qui compte vraiment, les mecs ? De savoir si un film “respecte” les fondamentaux posés par un film de genre japonais datant de 1954 ? Ou s’il est moins pire que celui d’avant ? De savoir si le monstre est plus grand que dans les autres films ou s’il est toujours aussi bas-du-cul ? De savoir si cinq minutes de Juliette Binoche valent mieux que cent-trente-neuf minutes de Jean Réno ? Ou si Bryan Cranston va tuer Godzilla avec, je sais pas moi, une mitrailleuse robotisée planquée dans le coffre de sa bagnole ? Non, les mecs. Tout ça, moi je dis qu’on s’en fout complètement !

godzilla-2014-movie-screenshot-nuclear-bomb

Pourquoi on s’en fout ? Parce que ça voudrait dire que pour “apprécier un film à sa juste valeur”, il faut avoir des références… Et ça, pardonnez mon français, mais c’est de la merde ! En tout cas, c’est pas comme ça qu’on voit les choses au Projet Skynet. Ce qui compte vraiment quand tu mates un film, c’est de savoir si tu as passé du bon temps entre le moment où tu as posé ton cul dans le fauteuil et celui où tu as rendu tes lunettes 3D à la meuf qui fait des grosses piles de lunettes 3D. Un point c’est tout ! C’est donc après avoir mis mon regard “tout beau tout neuf” à rude épreuve que je suis sorti de Godzilla en me disant que je m’étais quand même bien fait chier dans l’ensemble.godzilla.here_.he_.comes_ Et pourtant je suis un bon client en matière de blockbusters

Mais voilà, dès qu’un blockbuster se prend trop au sérieux, ça ne fonctionne plus chez moi. Et se prendre au sérieux avec un lézard géant à qui on meurt d’envie de mettre une couche-culotte, une tétine dans la bouche et une fessée tellement il est effectivement bas-du-cul (malgré ses 3 km de haut), ben j’ai envie de dire “non, merci”. “Grozilla !! Bougre d’imbécile ! Regarde un peu ce bazar que t’as encore foutu ! T’as tout cassé San Francisco ! Allez tiens, tu l’as pas volée celle-ci ! File dans ta chambre ! Mais fais gaffe où tu marches, merde !! Tu viens d’écraser 3584 personnes qui se cachaient dans le métro !” Les puristes verront bien sûr dans cette forme de nourrisson géant et boudiné avec des écailles un hommage au tout premier film d’Ishiro Honda. Moi, étant donné que je l’ai pas vu et que je m’en fous complètement, ben je me marre. HAHAHA ! Voilà.

godzilla-attacks-bridge-2

J’ai aussi lu de-ci de-là que d’autres puristes (ou les mêmes en fait, j’en sais rien) ont vu, entre autres, des références à Spielberg disséminées un peu partout dans le film. Genre trop de suspense, trop on voit pas Grozilla pendant la première moitié du film, trop “qu’est-ce qui va bien pouvoir se passer ?”, trop tout ça tout ça… Sérieux, les mecs ?? Vous êtes sûrs qu’on a vu le même film ? Parce que quand j’ouvre mon Petit Larousse Illustré du CM1 et que je vais à la page S comme “suspense”, je lis : “moment d’un film où l’action tient le spectateur dans l’attente angoissée de ce qui va se passer”. Cgq3d4ZR5LDlAutant vous dire qu’à aucun moment je n’ai ressenti une quelconque “attente angoissée” concernant ce qui allait se passer avec ce vieux Grozilla. Alors ok, le héros s’appelle Brody comme le héros des Dents de la Mer (1975). Mais pour moi, la comparaison s’arrête là et ça suffit pas.

Je vais même aller un plus loin en affirmant que je n’ai rien vu d’intéressant ni de “révolutionnaire” dans la mise en scène, ni dans l’écriture, ni nulle part… Et à part – il faut bien l’avouer – un spectaculaire et époustouflant et apocalyptique et tout ce que vous voulez combat final entre grosses bébêtes qui aiment bien casser des trucs, je vous avoue aussi que j’ai dû lutter sévère pour ne pas me mettre à ronfler en plein ciné. Bref, si je puis me permettre : “attente angoissée”, mon cul !

godzilla.dog_.2

N’oublions pas d’ajouter à cela que Grozilla embarque dans son gros sillon toute une panoplie de grosses ficelles et autres clichés tantôt ridiculement risibles, tantôt ridicules tout court.godzilla-2014-movie-screenshot-crashed-plane1 Pour résumer, ça se passe essentiellement à base de drame familial, de gentil chien-chien, de morale écologico-nucléaire, de héros au grand cœur, de scientifique japonais qui regarde tout le temps vers l’horizon, de patriotisme ricain, de soufflette radioactive et, bien entendu, de happy end débordant de joie et d’allégresse. SUPEEEER !! Quoi d’autre..? Les acteurs ? Allez, ok. De toute façon ça va aller vite puisque, comme la plupart des acteurs dans la plupart des blockbusters, ils font le job. Mais vu l’épaisseur du scénario, ça ne vole pas bien haut. godzilla.full_.frontal1J’ai donc envie de te dire qu’on s’en fout un peu vu qu’ils sont nippons ni mauvais (tu te retiens d’éclater de rire ? Je comprends).

Ah oui, et puis la 3D sert vraiment à que dalle à part assombrir l’image. Merci, les gars !

Du coup, je ne t’invite pas du tout à aller voir Godzilla au cinéma à moins, bien sûr, que tu sois un fan de Gojira (pas le groupe de métal, l’autre) ou que tu bénéficies, comme moi, d’un tarif réduit grâce au forfait mobile d’un des membres de ta famille.

Allez, salut !

GODZILLA

Bande-annonce

Pour en savoir plus sur Godzilla, c’est par ICI.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , , , , , , , ,

6 thoughts on “GODZILLA de Gareth Edwards (2014)

  1. davidauvray08 dit :

    Ben alors mon Philou, déçu à ce point?
    Contrairement à toi, j’ai pas mal de références côté Godzilla (l’original, les multiples suites, le remake US d’Emmerich) mais en effet tout cela n’a pas vraiment d’importance. Je te rejoins sur plusieurs points, y’en a marre des drames familiaux à deux balles parce que bien évidemment lorsque la fin du monde est proche, chacun est prêt à s’approcher du monstre pour récupérer son sale gosse!!! Y’en a marre de faire genre gros hommage au film original japonais mais quand les choses tournent vraiment mal et ben c’est quand même l’armée US qui prend le contrôle!!! Y’en a marre enfin que la 3D soit si mal utilisée pour de tels films bordel!!!
    Pour le reste je ne me suis pas autant ennuyé que toi visiblement même si la mise en scène n’est pas formidable (hormis la séquence du saut en parachute qui fonctionne super bien avec la musique de Ligëti), que la direction d’acteur est OK mais sans plus et enfin que le cri de la bêbête est un peu ringarde face aux sons super space que produisent les deux autres monstres… Le seul gros point fort du film, des FX, vraiment à la hauteur. J’ai quand même davantage aimer cette petite histoire facile mais somme toute logique de Godzilla à celle vraiment gonflante de Pacific Rim.
    Enfin pour ta gouverne Philou, les références à Spielberg sont graves nombreuses (le cri de Godzilla/celui du T-rex, le petit drame familial + un scientifique super sympa/rencontre du 3ème type, Godzilla qui passe sous le porte-avion/le requin qui passe sous le bateau, et tout ça sans réfléchir!!!) mais tout ça est anecdotique.
    Pour le design du monstre, c’est en effet dommage qu’ils en aient respecter la forme originale, un peu trop pataude à mon goût là où celui du film d’Emmerich (une vraie bouse soit dit en passant) lorgnait davantage vers le côté reptilien vachement plus racé. Contr

  2. davidauvray08 dit :

    (petite erreur de frappe, je ne peux pas éditer mon précédent message):
    Contrairement à toi Philou, j’aime quand un blockbuster se prend un minimum au sérieux. L’absence de blagues à deux balles dans le film m’a soulagé…
    Rendez-vous pour un Godzilla 2 je pense!

  3. Phil dit :

    J’aime aussi quand ça tient la route, David. Bien sûr. Mais là je trouve que ça ne fonctionne pas. Pas sur moi en tout cas.
    Et c’est pas parce que Grozilla crie comme un T-Rex et qu’il passe sous les porte-avions comme Bruce que ce film dépasse la hauteur du petit orteil de ces deux références. Mais encore une fois, ça reste mon point de vue. Faire des clins d’œil à de grands films ne fait pas de grands films. Ou alors j’ai dû rater un truc…
    Quant à la scène du saut en parachute, je ne peux qu’aller dans ton sens. Enorme !! Et en plus j’adore la référence à 2001 : l’Odyssée de l’Espace. 😉

  4. Enorme !!!J’adore quand on sort les canons de Navaronne pour se faire la peau d’un gros navet cuit dans son jus de dollars! c’est surtout un avis qui ne me fera pas regretter ce récent bras cassé qui m’éloigne des écrans et des claviers (parce que taper un texte à une main, c’est la plaie) et m’aurait privé du plaisir de me payer une tranche de Gorgonzilla. Je souscris évidemment à 100% à cette affirmation qui dit « Faire des clins d’œil à de grands films ne fait pas de grands films » (on devrait l’épingler au trumeau de chaque blog de ciné digne de ce nom). Bref, cette lecture m’a apporté un bref moment de réconfort alors que Cannes bat son plein et que je suis contraint de faire une croix sur Dardenne, Cronenberg, Jones, Amalric et autres mutants venus du futur pour me narguer !

    • Phil dit :

      Haha !! Tu commences à savoir que se farcir ce genre de film est l’un de nos sports favoris au Projet Skynet 😉 Et celui-ci n’a pas volé la fessée en bonne et due forme qu’il mérite.
      Alors que les critiques positives ne cessent de pleuvoir sur Grozilla, on est bien contents de voir qu’une fois de plus tu rejoins nos rangs. Ca fait plaisir !
      Et qu’est-ce que c’est que cette histoire de bras cassé ?? Tu en as pour longtemps ? On te souhaite une bonne convalescence. Reviens-nous vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *