FIGHT CLUB de David Fincher (1999)

Asséné par Phil, encaissé par Jeanba.

« With a gun barrel between your teeth, you speak only with vowels. »

Fight Club.

fight-club-projet-skynet

Fight Club est un film sur les coups de poing. Si si.

On avait déjà adoré les films de Fincher sur l’espace et sa faune sauvage (Alien 3-1992), sur les péchés capitaux et la boulimie mortifère (Se7en-1995), sur les cadeaux d’anniversaire qui dérapent (The Game-1997). Et bien ici, c’est les bourres-pif ! Et, il faut bien avouer que c’est carrément jubilatoire de voir tous ces mecs s’en foutre plein la gueule gratuitement, comme ça, pour le fun.

01Ici, notre héros est un peu à cran dès le départ. Il est vrai qu’être un insomniaque chronique a tendance à vous laisser de sale humeur pendant un bon moment. État second qui aide à prendre des décisions qui, elles, ne vous aideront pas du tout. Mais bon, ça occupe les soirées. Car quoi de mieux que de participer à tous les cercles de zinzins anonymes possibles pour se refaire une santé mentale, hein ?

Et c’est dans ces moments-là qu’on aimerait vraiment avoir un meilleur ami. Un gars qui en jette. Quelqu’un qui sait où il va et qu’on voudrait suivre partout. Un type à admirer et qu’on peut tutoyer. Et même mieux : un mec sur qui on peut compter ET cogner dessus !

Quelle chance ! Il aura suffi d’un vol d’avion et d’une bonne attribution des sièges pour permettre cette nouvelle amitié remplie de confiance mutuelle et de côtes qui craquent. Mais une symbiose aussi parfaite ne se devrait-elle pas d’être partagée par le plus grand nombre ? C’est à partir de là qu’entre en jeu l’idée de génie numéro un (il y en aura d’autres) : monter un club avec de nouveaux copains qui ont, eux aussi, besoin de personnes sur qui compter… et cogner. Et voilà, le Fight Club est né.

Et là, tout devient beau comme de la poésie écrite à grands coups de parpaings dans la gueule. Une symphonie de couleurs, allant du rouge sang au bleu hématome. Les scènes commencent à s’enchaîner au rythme d’un montage épileptique qui a inspiré une génération entière de réalisateurs. On s’avance toujours plus profondément et toujours plus dangereusement dans une folie nihiliste et son rejet de la réalité sociale comme aboutissement de l’Être. Laissant se dérouler un raisonnement, duquel il ne paraîtra finalement que des bribes, le spectateur devra supposer la pertinence du discours au vu des conséquences qu’il entraîne.

Fight-Club02

Fight Club restera pour moi une frénésie jouissive emportée par un trio de maîtres de la comédie : Edward Norton, Brad Pitt et Helena Bonham Carter. La madame Tim Burton assume là un rôle à rendre jaloux son réalisateur de mari. À la frontière entre l’attrait et le dégoût, elle est la clef de voûte de ce trio halluciné. Pas d’équilibre sans trois points d’appui, allez donc essayer de vous asseoir sur une chaise à deux pieds.

Fight-Club03Mais ce qui marquera évidemment longtemps, c’est bien le duo Norton/Pitt. Tellement différents, certes, mais au talent de même envergure. L’un terne, l’autre flamboyant, ils apparaissent comme deux orphelins nourris au même sein, les Romulus et Remus de David Fincher, frères bâtisseurs dans la violence et dans le sang.

Même si j’ai regretté de ne pouvoir perdre la mémoire pour revivre la claque mémorable du premier visionnage, il est toujours bon de revenir à Fight Club afin de réajuster sa vision de spectateur. On a ici à faire à un véritable prodige de film, qui plus est exalté par une BO électrique signée par les Dust Brothers. Les deux producteurs californiens, plus habitués à travailler aux côtés d’artistes de talents tels que Beck ou les Beastie Boys, entérinent là leur moment de grâce à la réalisation musicale.

bande-annonce

bande-annonce

Musique flamboyante, acteurs aux jeux sculptés au scalpel, réalisation inspirée, montage à cent à l’heure et scénario à l’intelligence folle, Fight Club est LA bombe qui, avec Matrix, fit basculer le cinéma en cette année 1999. Bienvenue dans le XXIe siècle… et à grands coups de baffes dans la tronche s’il vous plait !!!

Plus de détails sur Fight Club ICI

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *