AKIRA de Katsuhiro Otomo (1988)

Proposé par Jeanba, rédigé par Phil.

“Faudrait qu’on fasse un film d’animation un de ces jours quand même…”

Jeanba dans le Projet Skynet.

akira-projet-skynet

Néo-Tokyo est une ville malade. Avec ses gigantesques immeubles à perte de vue et ses illuminations futuristes, la métropole affiche à première vue une modernité et une opulence insolentes. Mais ce n’est que de la poudre aux yeux. Ravagée il y a trente ans par un terrible cataclysme, l’ancienne Tokyo a été réduite en un magnifique tas de ruines et de cendres dont ce nouveau phénix urbain et boulimique tente péniblement de renaître. Afin d’oublier le traumatisme de la catastrophe, Néo-Tokyo a voulu grandir trop vite. Résultat : la nouvelle capitale japonaise s’abandonne complètement. Elle se laisse aller vers le chaos tel un énorme fruit bienheureux de pourrir au rythme malsain des grèves, de la corruption, des émeutes, de la répression, des attentats et des bandes de motards qui sèment la terreur dans les rues de la ville.

Akira Riot People

Du haut de leurs 15 ans, Kaneda et Tetsuo sont les enfants maudits de Néo-Tokyo. A l’image de leur “mère”, ces “frères orphelins” n’ont pas eu d’autre choix que de grandir trop vite eux aussi. Débrouillard, sûr de lui et charismatique, Kaneda est à la tête d’un gang de jeunes motards. Tetsuo, AkiraKanedaBike03éternel raté, toujours dans l’ombre de son ami, lui colle à la roue et ronge son frein en attendant que quelqu’un daigne, pour une fois dans sa vie, le prendre au sérieux. Ce n’est que lorsqu’ils sont au guidon de leur bécane – et avec quelques cachets d’amphèts dans le cornet – que les deux potes se sentent vraiment vivants.

Cette ville pourrie est leur terrain de jeu. La nuit tombée, ils partent à la poursuite des bikers rivaux pour les fracasser à grands coups de tuyaux dans la gueule et d’accidents meurtriers. Ça claque, ça crisse, ça frappe, ça vrombit et ça pète dans tous les sens ! C’est ça qu’ils aiment ! akira-kaneda-being-badass Tetsuo et Kaneda fuient la réalité à toute vitesse et embarquent dans leur sillage toute la rage et l’agressivité d’une génération sans aucun avenir. A Néo-Tokyo, la violence est devenue le grand jeu des mecs sans espoir. Elle est devenue la règle.

Mais cette nuit-là, Tetsuo va avoir un accident en tentant d’éviter un enfant à l’apparence très étrange… Mal en point, il est emmené dans un hélicoptère de l’armée sous les regards médusés de ses amis. Le destin est désormais en marche…

akira1PS

Voilà. En quinze minutes montre en main, les bases sont posées : on est plongés de plein fouet et à une cadence démente dans un univers carrément hostile et il est impossible d’arrêter cette machine infernale. Vous êtes prévenus : Néo-Tokyo en 2019, c’est franchement craignos !! Et ce n’est qu’un début, c’est moi qui vous le dis… 441388-akira_superCar une fois passée cette guerre des gangs pleine de testostérone et d’action pure, on commence à s’enfoncer inexorablement dans les méandres d’une histoire beaucoup plus complexe, abordant simultanément des thèmes tels que les luttes fratricides, la manipulation politique, la tradition face à la modernité, les limites de la recherche scientifique, la soif de pouvoir et l’évolution de l’Humanité… Et ouais, tout ça d’un seul coup ! Mais ces réflexions sont toutes très habilement amenées et n’altèrent en rien le rythme incroyable de cette fuite en avant généralisée de laquelle on se demande bien ce qui va pouvoir sortir à la fin…

Imaginez un peu la tronche d’un gamin de 10 ans – élevé depuis sa plus tendre enfance aux Walt Disney et se nourrissant religieusement de Goldorak au p’tit dej’ et de Dragon Ball au goûter – lorsqu’on lui dit qu’il est trop petit pour regarder un dessin animé… tetsuo-original1266045685Au début des 90’s – et je ne pense pas être un cas isolé -, j’avoue avoir eu du mal à comprendre pourquoi mes cousins, plus âgés que moi, ne voulaient pas que je voie Akira. Des motos du futur ? De la bagarre ? Des pouvoirs surnaturels (ouais, y a ça aussi) ?? Le “meilleur dessin animé de tous les temps” ??? Bien sûr que je voulais le voir !! Mais à 10 ans et pas encore toutes mes dents, je n’ai pas vraiment pu faire ce que je voulais face aux deux mecs qui se tenaient devant moi et me disaient “non, p’tit gars, y a pas moyen.” Alors j’ai pris mon mal en patience et, quelque temps plus tard, j’ai finalement pu faire ce que je voulais… et j’ai compris.

Akira 8Honnêtement, je crois que je n’aurais strictement rien saisi au film si je l’avais vu à l’âge de 10 ans. Peut-être même m’aurait-il un peu traumatisé… Au carrefour de la tragédie grecque et de l’heroic fantasy à la sauce cyberpunk, mêlant action ultra-violente et science-fiction d’anticipation avec une intelligence folle, Akira est effectivement une perle rare à ne pas mettre entre n’importe quelles mains. Mais au-delà de ça, quel régal ! La “mise en scène” (je ne sais pas si on peut parler de mise en scène pour un film d’animation) est d’une virtuosité et d’une fluidité déconcertantes. On a ici affaire à un véritable travail d’orfèvre réalisant l’alliage parfait entre la “japanimation” classique et le gros film d’action bien bourrin shooté aux hormones… Aussi bien dans l’écriture que visuellement – comme dans la BD d’ailleurs –, Otomo parvient également à frapper l’œil et l’esprit du spectateur grâce à un souci du détail poussé à l’extrême qui procure au film un réalisme unique. Quant à la musique, elle est la seconde peau du film. Elle ne le lâche pas une seconde. Akira - 04 TetsuoMétissage improbable du traditionnel et du moderne, elle nous transporte littéralement au cœur de l’histoire (d’ailleurs sans les images, faut bien avouer ça fait un peu bizarre). Bref, il est tout simplement impossible de ne pas se faire happer par les rouages colorés de cette mécanique huilée à la goutte près.

Verdict selon moi : pas une ride à l’horizon, ce qui est tout de même assez remarquable pour un film sorti il y a un quart de siècle (!!). Il n’y a vraiment rien d’étonnant dans le fait qu’Akira ait été le premier film d’animation à dépasser les frontières du Japon et à ouvrir l’Occident à l’univers sans limite des mangas. A ce niveau-là, permettez-moi de parler de film historique, de film mythique, de film carrément cultissime !

Lorsqu’on parle d’Akira, on ne parle donc pas d’un simple dessin animé, on parle d’un VRAI film. Oui, Akira est un vrai p***** de film !!

akira2010-04-12-17h21m36s226

Bande annonce (VOST eng)

Pour en savoir plus sur Akira, cliquez ICI.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *