ELEPHANT de Gus Van Sant (2003)

Proposé par Jeanba, rédigé par Phil.

“Get the fuck out and don’t come back. Some heavy shit’s going down…”

Alex, Elephant.

elephant-projet-skynet

J’ai connu une blonde une fois, elle avait dix fois plus de classe qu’Enora Malagré ! Bon ok, je vous accorde que c’est pas bien compliqué…

La blonde dont je vous parle, elle m’a demandé un jour : “Mais pourquoi Elephant ça s’appelle Elephant alors qu’en fait le mec qu’on voit tout au long du film et qui est sur l’affiche c’est un taureau qu’il a sur son t-shirt ?” Une bonne question que j’aurais bien vu arriver après un elephant3“Ouaich’ Gus, ça va bien ou bien ? Allez, check-moi ça, gros !” lors d’une interview de Gus Van Sant à l’époque de la sortie du film en 2003…

Alors ok, c’est vrai que la blonde en question m’a bien fait marrer. Comme souvent d’ailleurs… Mais après coup, j’ai réalisé que moi non plus je n’avais aucune idée du pourquoi du comment le film s’appelait Elephant. Pas si blonde que ça la blonde finalement. Une blonde vénitienne, peut-être..? Bref, on s’en fout. Ce qui importe c’est que ça m’a donné envie de mener ma petite enquête parce que j’aime bien ça, les petites enquêtes. Et c’est ainsi que j’ai découvert pourquoi ce film traitant de la fusillade de Columbine en 1999, et accessoirement lauréat de la Palme d’Or en 2003, s’intitulait Elephant.

elephant4

Les origines du titre Elephant remontent aux profondeurs obscures de la Haute Antiquité indienne (si si, c’est pas des conneries) et plus précisément au jaïnisme, l’une des plus anciennes religions du monde, née bien avant l’arrivée de l’hindouïsme, du bouddhisme et des naans au fromage. Vous en avez déjà entendu parler ? Non ? Vous en faites pas, c’est pas bien grave les mecs.elephant-1 Ca veut juste dire que, comme moi, vous vous en foutez complètement. Mais je vais quand même continuer un peu parce que je fais ce que je veux…

Dans le jaïnisme, il y a une doctrine fondamentale qui enseigne à travers différents récits – je vous la fais courte – que la réalité peut avoir plusieurs aspects selon les points de vue, qu’il faut apprendre à tolérer les opinions différentes de la sienne et aussi que la non-violence c’est chouette. Un truc de hippie, quoi… Parmi ces récits, il en est un qui raconte l’histoire de six aveugles qui veulent savoir à quoi ressemble un éléphant (ah, nous y voilà !). Ils partent donc jeter un coup d’œil (haha !) au pachyderme qui squatte leur village. Chacun touche une partie différente de son corps et s’en fait une idée bien à lui.movie-of-the-day-elephant-L-ZwvbXx Sauf que forcément, aucun des aveugles n’a le même point de vue (mais qu’est-ce qu’on s’marre aujourd’hui dis-donc !!) et du coup ça part en couille et ils commencent à s’engueuler. Heureusement à ce moment-là, y’a un sage qui passe dans le coin et qui leur dit : “Hey, les bigleux ! Il est comment Fonzie ? Il est cool ! Alors faites comme Fonzie et restez cool parce que vous savez quoi ? Vous avez tous raison.” Et hop, tout le monde sait à quoi ressemble un éléphant (à peu près, hein… sont quand même aveugles les mecs…) et tout le monde est content ! Merci monsieur le sage !

La morale de cette histoire, c’est que plusieurs points de vue sont nécessaires pour appréhender la vérité dans son ensemble. Et la vérité c’est..? Mais non c’est pas cool, bande de nazes ! La vérité, c’est l’éléphant. Vous pigez vraiment que dalle, c’est pas possible !

elephant-michelle-1

Dans Elephant, notre sage c’est Gus Van Sant. C’est lui notre guide éclairé nous menant sur la voie tortueuse de la vérité, lui qui nous aide à comprendre ce qui a bien pu amener deux ados du lycée de Columbine à dégommer leurs petits camarades au fusil d’assaut en ce jour sombre d’avril 1999. Comme pour l’histoire des six aveugles, il nous invite à mettre en perspective ce massacre tragique (ça, c’est notre éléphant) et à rassembler tous les points de vue pour tenter de mettre le doigt sur un semblant d’explication. Et il y arrive carrément bien, l’ami Gus ! Tellement bien que ça en fait froid dans le dos…elephant-alex-1 Paradoxe d’une redoutable efficacité : en collant (littéralement) à la peau de ses différents personnages pendant les quelques minutes précédant le drame – notamment à travers des plan-séquences à la steadicam de pur génie -, le sage Gus parvient à nous faire prendre un incroyable recul et à apprécier une vue d’ensemble de cet énorme éléphant.

Et au final il en ressort quoi d’Elephant ? Que c’est la faute de la N.R.A. (National Rifle Association) et de leurs copains Républicains qui s’accrochent comme des sangsues à un Deuxième Amendement vieux de trois siècles et demi te permettant de te procurer un Bushmaster Carbon 15 R21 et un TEC-9 alors que tu es encore mineur ? Vrai. Que c’est la faute à FedEx qui te livre une arme de destruction massive dans ton salon en moins de 24h ? Ben ouais, enfoirés de FedEX !! Que c’est la faute de tes parents alcooliques et/ou absents te laissant complètement livrés à toi-même ? Aussi, oui… Que c’est la faute à ton quotidien de merde, à ce lycée dans lequel tu croises l’exclusion, la solitude et la misère humaine à chaque couloir ? Ca c’est sûr que ça donne pas vraiment envie de devenir adulte… 800px-Elephant12_smEt ces deux connards qui te balancent des trucs à la gueule pendant ton cours de physique-chimie parce qu’ils te prennent pour un loser, c’est pas un peu leur faute à eux aussi ? “Ouais, c’est clair ! Un jour vous verrez bien qui c’est le loser…”

C’est peut-être aussi la faute de ces leçons de piano qui t’ont gonflé pendant toutes ces années, de ces jeux vidéos dans lesquels tu flingues des gens à tout-va, de ton homosexualité refoulée, de ton prof qui t’a filé quatre heures de colle en sixième, de ces filles qui n’ont jamais voulu sortir avec toi et qui ne te regardent même pas, de ton chien qui a pissé sur ta dissert’, du livreur de pizza qui a encore oublié la sauce piquante, du Président des Etats-Unis, de ton meilleur pote ? MAIS OUAIS, PUTAIN !! QU’ILS AILLENT TOUS CREVER EN ENFER !!

movie-elephant-by-gus-van-sant-s2-mask9

Ben voilà les mecs, vous l’avez votre éléphant. Si certaines personnes, même des gamins, en arrivent à péter un plomb au point de perpétrer de telles horreurs, c’est juste parce que le monde dans lequel on vit le permet. C’est aussi simple que ça. Aussi simple que de prendre une photo. Aussi simple que de se faire vomir dans les chiottes pour ne pas prendre de poids. Aussi simple que de se moquer de quelqu’un parce qu’il est différent. Aussi simple que d’appuyer sur une gâchette. Aussi simple que ça…

Et nous, nous sommes trop cons et trop aveugles pour voir venir ce gigantesque éléphant hostile nous foncer dessus. Heureusement, il existe des sages comme Gus pour nous ouvrir les yeux…

Ouaich’, Gus ! Franchement, t’assures grave ! Merci, gros !

Allez, salut et bisous !

10

Bande-annonce

Pour la fiche complète d’Elephant, c’est par ICI que ça se passe.

Plus de lecture ?

Tagged , , , , , , , , , , ,

2 thoughts on “ELEPHANT de Gus Van Sant (2003)

  1. Joli petit texte, les nerfs à vif. Faites gaffe quand même que Fauve ne vous le pique pas pour en faire une chanson. Et merci pour le petit cours de jaïnisme. En tous cas, en ce qui me concerne, un « elephant » sous le regard de Gus Van Sant c’est énorme.

  2. Phil dit :

    Merci pour ce retour, Princécranoir ! je n’avais pas encore écouté Fauve… Effectivement je ferai attention à l’avenir… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *